AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Lucian Luxferre [COMPLETE]

| Mer 31 Mai - 22:17

Lucian Luxferre


Nom complet : Lucian Luxferre
Âge : 26 ans
Quartier : Ouest
Métier : Psychiatre à l'asile et enseignant en psychopathologie à l'université
Origines : Anglaises
Crédit avatar : littlechmura.com

Personnage

Aspect physique : L’entourage de Lucian s’est toujours accordé à dire qu’il n’était pas si beau que ça, mais qu’il avait quelque chose. Avec ses hautes pommettes saillantes et ses cheveux corbeaux, on pouvait le croire tout droit sortit de l’époque victorienne, avec ses allures de prince sombre et ses manières de noble. Lucian, c’est le genre de gars qui se balade toujours en costard et qui vit dans un appartement un peu miteux en périphérie du quartier, tellement loin qu’il est presque à la limite de l’Est. Lucian, c’est ce type de personne qui a cette démarque souple et élégante, toujours le menton relevé et les cheveux parfaitement coiffé, même s’il a les mains dans les poches et une clope aux coins des lèvres. Lucian il n’est pas beau, pas vraiment, la plupart du temps il fait même peur. Il fait changer les personnes de trottoirs quand il se promène et pourtant, il attire les regards. « Ce gars, il est pas net. » Ils le disent, ils le savent, c’est comme un instinct primaire, planqué au fond de leurs esprits –et pourtant, ils sont magnétisés, et ils ne peuvent détourner les yeux. Lucian, il a le regard noir, plus sombre qu’une nuit sans étoiles. Il a entendu les gens décrire la couleur de ses yeux comme étant un « lac » mais cet homme était assez profond et assez complexe pour être considéré comme un océan d’encre. Lucian, c’est le genre d’homme qu’on n’imaginerait pas en jogging ou décoiffé –après tout, il semble avoir un contrôle parfait sur le moindre détail de sa vie, de la couleur de ses chaussures jusqu’aux conversations auxquelles il participe. Mais c’est bien le genre de personne que l’on imaginerait avec du sang sur les mains –après tout, un peu de couleur sur cette âme sombre, ça ne pourrait pas lui faire de mal.

Description psychologique : Lucian, c’était un diamant sombre. Il n’aime pas sourire mais il le fait, parfois, quand l’occasion se présente. Il n’aime pas parler aux gens mais il lui arrive de le faire, de temps en temps, quand c’est nécessaire. Lucian, il n’aime pas toucher les autres, et il ne le fait jamais. « Ce type, il est malsain. Il pue la folie à des kilomètres. » Certains disent que c’est son métier qui déteint sur lui, d’autres que c’est une seconde nature. Pourtant ils doutent, ceux qui parlent. C’est un homme qui parait plutôt équilibré en réalité : Il parle peu mais il parle bien, il est cultivé et intelligent. Et il est charmant, à sa manière. Alors on lui fait confiance. On lui confie un peu à contre cœur les petits tracas de la vie, parce que Lucian est une oreille attentive, mais les gens aimeraient qu’il ne reste que ça. Quand Lucian ouvre la bouche, les autres se taisent, parce que même si Lucian est un peu intimidant, c’est un homme gentil, toujours serviable et très intéressé par la vie des autres. On se dit qu’il y a quelque chose de louche chez lui, parce qu’il avale ses petites pilules rouges et blanches comme des chewing-gums et qu’il a toujours une cigarette aux coins des lèvres, mais Lucian il est trop fascinant pour se retenir de lui parler. Lucian, il n’a pas besoin de grand-chose pour envoûter les gens –c’est naturel, ça fait partit de lui, tout comme il est naturel pour les corbeaux d’être des charognards. Il y a une rumeur qui circule sur son lieu de travail, on dit qu’il serait un serpent. Avec ses yeux perçants, sa flexibilité et sa somptuosité captivante, certains pensent que sous ses costumes impeccables se cachent des écailles et sous ses lèvres souvent closes, des crocs pleins de venins, prêts à percer la chaire.  

Histoire

« - Ça fait un moment qu’on se connait maintenant, on n’est plus vraiment des inconnus, pas vrai ? Tu pourrais me parler de ce qui te tracasse et je pourrais t’aider. Au pire, tu ne perds rien, n’est-ce pas ? »

Le gamin tritura ses doigts, ses yeux perdus dans un coin sombre et éloigné de la pièce alors qu’il rentrait la tête dans les épaules, incertain. Il y avait des traces de griffures sur sa gorge, et derrière ses manches longues aussi, certainement.

« - Vous ne me croirez pas.

- Impossible de le savoir sans avoir essayé. Je t’en prie, dis-moi. »


Il y avait le son grésillant du dictaphone qui enregistrait leur conversation, et le bruit des voitures qui passent au loin.

« - J’ai commencé par l’entendre, au début. Je pensais que c’était une chanson, tu sais, quand tu as une musique dans la tête, sauf que celle-là, je la connaissais pas. Alors je l’ai écoutée, et ça me faisait un peu peur, mais ça m’intriguait.

- Et ?

- Alors je l’ai mieux écoutée, parce qu’elle était toujours là, jour et nuit. Même si je me souviens pas toujours de mes rêves, je sais qu’elle y est tout le temps. Alors j’ai tendu l’oreille, je me suis dit que si je comprenais ce qu’elle disait, elle me laisserait en paix. Et j’ai entendu les chuchotements. Je les ais remarqué, et eux aussi m’ont remarquées.

- Tu comprends ce qu’elles disent ?

- Non, pas vraiment. J’ai l’impression que c’est pas notre langue. J’ai même l’impression que c’est pas un langage humain. Mais je crois… je crois que je comprends le sens général, comme quand quelqu’un mime « a boire » avec ses mains. Mais c’est pas le pire. Le pire, c’est quand j’ai les yeux ouverts et je ne sais pas si je suis endormi ou pas. Je respire et je sens mon propre souffle qui me revient au visage, comme s’il y avait quelque chose juste devant moi. Je… je sens que des choses se déplacent autour de moi. Je sais qu’ils sont là, mais je ne les vois pas, et quand j’essaye de bouger, mes bras se cognent contre quelque chose. Et je me rends compte que je suis enfermé, parce que j’ai de plus en plus de mal à respirer, comme dans un cercueil clos. Alors je pose mes mains autour de ma gorge et je ne peux plus les retirer. Et elle commence à creuser dans mon cou, comme si quelqu’un les commandaient à ma place. J’ai peur, je suis terrifié toute la journée. »


Il y a des pansements autour des doigts du petit garçon, et il les tripote, tire dessus. Il y a du sang dessous et dessus, derrière ses ongles et sur ses phalanges. Ça ne coule pas, mais les plaies sont à vif, et il y a des bleus sur ses poignets. Le gamin, toujours assis sur le siège confortable, jette un regard aux rideaux entre-ouverts et détourne les yeux rapidement, comme si observer le dehors allait le bruler vivant.

« - C’est le soir, quand je me couche le pire. Je sens quelque chose qui marche sur le pied du lit, qui rampe sur la couverture et qui se pose devant moi, juste sur l’oreiller. Il y a des… choses, dans ma chambre. Mais c’est de pire en pire. Mais ils viennent même le jour. Ils s’asseyent à côté de moi en classe, ils écrivent sur mes contrôles pour les mettre en bazar, ils déchirent mes cahiers. » L’enfant regarde le dessin devant lui qu’il a fait en début de séance. Il y a un bonhomme bâtons assis dans un coin tracé maladroitement, et il pleure des larmes noires. « Parce que depuis qu’ils sont là, il n’y a pas d’autre couleurs. » Des mains filandreuses et avec la consistance de boue se tendent vers le petit du dessin, lui déchirent les joues, les yeux, les entrailles. « Tu crois au fantôme, docteur ? »

Le psychiatre ne répond rien mais le gamin ne semble pas en attendre. Il frotte ses yeux, grattes ses paupières et l’adulte met plusieurs minutes à l’empêcher de s’arracher ses globes oculaires. L’enfant reprend son calme, ses pansements sont tombés, son dessin aussi.

« - Et la chanson et les murmures ne s’arrêtent jamais. Les ombres bougent, du coin de l’œil je vois du mouvement, je vois une forme qui disparait dès que je tourne la tête. Je sais qu’elles m’observent. Ça les amuse quand je suis terrorisé, et elles savent ce que je déteste. J’ai envie de dormir parce que j’ai toujours l’espoir qu’elles disparaitront, mais j’ai peur de les voir en ouvrant les yeux, de les voir réellement. Jour et nuit, quand je me regarde dans le miroir, je les perçois, derrière moi, collées contre mon corps, et elles glissent leurs mains sous ma peau, et je regarde ailleurs parce que j’ai peur et j’ai mal. »

Le psychiatre passe une main dans ses cheveux noirs parfaitement coiffés et ses lèvre, tournant autour de son bureau en noyer pour poser une main sur l’épaule de l’enfant. Il ne sanglote mais, au contraire. Il a le regard plus féroce qu’une bête sauvage. Mais une bête sauvage blessée et acculée, prête à mordre quiconque s’en approcherait. Le petit tourne la tête vers lui et son regard noir percute le sien, où il n’y a que ténèbres, sang, massacre, mort et damnation. L’un d’eux est un monstre, et ils le savent parfaitement.

« - Parfois, quand je vois de la buée à côté de moi sans qu’il n’y ait d’explication rationnelle, j’essaye de ne pas les regarder. Je me dis que si les écouter les a faites s’intéresser à moi, si je les ignore elles partiront. Et la dernière fois, j’ai eu l’impression qu’elles étaient plus… dociles. Elles se sont enroulées autour de moi, et je sentais mon corps qui devenait de plus en plus froid mais à l’intérieur, je me sentais si brulant que s’en étais douloureux. Elles s’inquiètent pour moi, vous savez ? Elle me surveille, mais elle vous surveille aussi. »

Et, lentement, leurs deux regards se tournent vers un coin reculé de la pièce, entre le pas de la porte et la bibliothèque. Il y a quelque chose qui bouge là-bas, un monstre sanguinaire qui gratte le sol et qui griffe le parquet.

« - Vous les voyez, docteur ? »

Dans la pièce, il n’y a plus d’enfant. Le bureau est vide, pas de dessins, pas d’épluchure de pansements. Il n’y en a jamais eu.

« - Oui Lucian. Je les vois. »

Et derrière l'écran

Pseudonyme : MissSlytherin, ou Sly ~
Comment as-tu connu Mayaku ? Par le génial Lloyd Avery
Le forum te plaît ? Absolument !
Tu veux nous parler d'autre chose ? Niflheim Guenhwyvar et Pandore Synn Khamsin m'appartiennent !
| Ven 2 Juin - 0:37

Yumi Shinogaï

Bonsoir Sly !  -Je me permet- ! Je te souhaite la bienvenue sur Mayaku !

Alors je vais commencer par te dire que tes images ne sont pas bien "cadré" du moins ton avatar n'est pas à la taille. La norme serait d'avoir un avatar à 400x250; puis l'image en large sur ta fiche n'est pas très net mais j'ai l'impression que ce n'est point un dessin, après comme je l'ai dit c'est peu ... voyant. N'hésite pas à créditer tes avatars.
Ensuite, je n'ai rien à redire sur ton personnage en lui-même tout est bien écrit, la seule chose qui me turlupine c'est ton histoire. Jusqu'à la fin j'ai était tiraillé entre " Lucian est-il le psy' ou est-il l'enfant ? " donc ton personnage enfant était "perturbé" ? Je pense ne pas mal interpréter mais je serais ravie que tu m'aides à comprendre ! Pour finir il y a quelques oublies dans tes phrases, des mots qui saute. Rien de bien méchant, facile à corriger.
Je pourrais te valider quand tes images seront à jour. ♥
En attendant, je serais ravie d'avoir une réponse à ma petite question ! Des bisous !
| Ven 2 Juin - 1:15

Lucian Luxferre

Bonjour !

Pas de problèmes pour les images, j'essayerai de modifier ça dès que possible.

Justement, la subtilité est ici ! Au début de sa conception, je savais quel forme je voulais prendre, mais je ne savais si quel rôle je voulais donner à Lucian dans le dialogue, alors voilà : Il est les deux. Lucian est très largement dérangé et il arrive assez bien à le cacher, mais le petit garçon peut-être interprété de plusieurs manières, il est Lucian enfant, c'est le Lucian adulte qui a une "hallucination" qui lui montre un souvenir de lui, d'un entretient qu'il a passé des années auparavant.

Je vais essayer de me relire, merci beaucoup ! J'ai hâte de rp sur ce forum ♥ La bise ~
| Ven 2 Juin - 15:34

Yumi Shinogaï

Re-coucou !
Ton avatar est aux normes maintenant et je ne pense pas avoir revu de ''grosses fautes'' ou ''oublies''. Je ne te fais pas attendre plus longtemps ! Bienvenue à Lucian chez nous, et je lui souhaite prospérité.
Pour des soucis techniques (plus d'ordinateur) je ne peux pas te donner les liens directement comme j'ai l'habitude de le faire en espérant que tu puisses me pardonner, hihi. N'oublie pas les fiches de communication et ta fiche de lien !
Si tu as des questions n'hésite pas à venir me parler par MP ou sur le discord !
| Ven 2 Juin - 22:57

Yumi Shinogaï

Je me permet de faire un double post car après réflexion, je pense que ton image ''bannière'' avant ta fiche ne colle pas à nos demandes. Tout es bon sauf se dernier, tu restes validé mais nous aimerions que cette image soit changer car elle n'est pas classable dans le digital art, ou simplement le dessin !
Voilà, je suis désoler et bonne soirée, encore une fois n'hésite pas à venir poser tes questions !



Ͽ naugh

ty

| Ven 2 Juin - 23:17

Lucian Luxferre

Bonjour ! Je ne comprend pas pourquoi mon image personnage n'est pas valide, est-ce parce qu'elle est trop réaliste ? C'est bien un dessin d'un personnage fictif, pas la représentation d'une personne réelle et encore moins une photo, j'ai même le lien du deviantart de l'artiste si vous voulez (juste ici) ! Mais si ça pose problème je la changerai quand même, j'aimerai juste comprend histoire de ne pas en proposer une autre et faire la même erreur ^-^
| Ven 2 Juin - 23:48

Yumi Shinogaï

Non je me vois réellement désoler ! Au depart je pensais que c'était une photo retouché. L'image n'étant pas tres net, la confusion m'a prise. Je suis réellement désoler !
<3



Ͽ naugh

ty

| Dim 4 Juin - 16:09

Morgan Marshall

Bienvenue à toi !

Ça fait plaisir de voir des nouveaux personnages arriver. Contente de voir que Mayaku te plaise. Je te souhaite de bien belles aventures avec Lucian — dont j'aime beaucoup l'avatar.

Au plaisir de te lire.



sick
|

Contenu sponsorisé