AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

 Pitch black ( PrimeRose )

| Mer 11 Oct - 11:39

Joseph Skandalaki

La nuit battait son plein, un petit vent frisquet soufflait sur Mayaku, dans le sud tout était calme, toujours calme, comme si le destin c'était mit en harmonie afin de laisser cet endroit calme d'un ennuie platonique. Rien ne venait déranger a cette règle sauf une silhouette couvert de noir qui passait d'un jardin a l'autre, se tenant une main sur le haut de la hanche droite. Il haletait profondément, jusqu'a ce qu'il arrive dans une maison plongé dans le noir, un témoin l'aurait prit pour un simple voleur avec sa cagoule noir et son habit très peu visible.

Il regardait autour de lui puis sortit une clef qu'il utilisa pour dévérouiller la porte arrière puis entra, il plongea d'un pas dans la maison sans regarder les biens autour de lui, comme si rien de tout cela l'interessait, il se rendit devant une porte fermé, donnant l'impression qu'il connaissait bien le lieux, après tout c'était le cas. Il cogna un coup sur la porte puis l'ouvrit marchant d'un pas lourd vers le lit, ou une personne y sommeillait. Joseph serra les dents d'une petite douleurs et d'une allonge de bras alluma la lampe sur la table de chevet.

- Réveil toi ...

Pendant une enquête sans mandat, donc illégal, Joseph avait fait une mauvaise rencontre et avait été poignarder dans le haut de la hanche, ce qui lui avait forcé de se retiré et de se diriger vers les seul soins sur lesquels ils pouvait compter.
| Jeu 12 Oct - 19:36

Primerose Contagnot

La journée avait été longue pour moi, j’avais enchainé soins et apprentissage particuliers dans le but de devenir chirurgienne et croyez moi, ce n’est pas de tout repos. C’est à peine si j’ai du temps libre pour vivre ma vie hors de l’hôpital. Si ça continue comme ça, je n’aurais qu’à revendre ma maison et passer mes nuits à l’hôpital en surveillance mais bon, tout le monde sait que ce n’est pas permis. Mais ne se mentons pas, c’est toujours plaisant de rentrer dans un lieu familier, de retrouver un lit auquel on a pensé durant une journée entière. Et il était enfin venu pour moi de rentrer. Quelle idée j’avais encore eu de poursuivre mes études… Avec du recul, je me dis que j’aurais pu m’en passer mais bon, c’est toujours utile et comme cela, je pourrais aider d’autant plus de monde et qui sait, peut-être qu’un jour je serai capable, moi aussi, de soigner une personne avec une fourchette et un couteau de cuisine comme certains médecins dans des séries télévisées. Mais soit.

Me voilà enfin devant ma porte. La route était sans encombre. En même temps, il n’y a plus grand monde sur les voies à des heures si tardives. Je déverrouille la serrure et pénètre à l’intérieur de ma demeure, changeant instinctivement mes chaussures pour mes pantoufles, bien plus confortables. Je ne tarde pas vraiment, j’ai déjà mangé à l’hôpital alors je file dans la salle de bain pour me doucher rapidement, me changer et me brosser les dents. Une fois tout ceci fait, direction mon lit qui m’attend à bras ouverts. Une fois à l’encadrure de la porte, je remarque que le lit est vide. Une petite moue s’affiche sur mon visage. Il travaille sûrement encore ou a simplement décidé de ne pas passer ce soir. Soit, je m’installe sous les draps et éteins la lampe de chevet, tentant alors de rejoindre les bras de Morphée, m’attendant bien mieux.

____________________________________________________________________________________

Sous mes paupières fermées je parvenais à voir une touche rougeâtre s’illuminer non loin de moi. J’avais même entendu quelques bruits à plusieurs reprises mais n’y avais pas vraiment prêté attention. C’est alors qu’une voix parvint à mes oreilles comme un sifflement exténué.

- Réveille toi…

Dans un léger sursaut, je me réveillai et reculai légèrement, parvenant petit à petit à voir la silhouette qui était à mes côtés. Joseph. Ou plutôt, un Joseph en piteux état. D’un trait, je me suis redressée et me suis rapprochée de lui, dirigeant plutôt mes mains et mes yeux vers sa main couvrant une grande tache de sang.

- Mais que… Qu’est-ce qu’il t’est arrivé… ? D’où ça vient et de quoi ? Ca fait combien de temps que t’as ça ?

Je le bombardais de questions pour en apprendre d’avantages sur les causes de sa blessure, me levant finalement pour lui céder ma place, lui indiquant clairement de s’allonger en douceur sur le lit et en l’aidant du mieux que je le pouvais. J’avais bien entendu tiré les draps avant qu’il puisse faire cela. Sans vraiment lui demander la permission, j’ai ôté sa main de la blessure pour y voir plus clair, regardant si ses vêtements ne s’étaient pas incrustés dans la blessure, ce qui ne semblait pas être le cas pour pouvoir remonter en douceur son haut pour dévoiler bien mieux cette blessure, la jaugeant des yeux et de mes doigts qui se mettent à tâter son contours.

- Mais qu’est-ce que tu nous as encore fait… Jouer aux héros est bien plus dangereux que les histoires qu’on nous contait quand nous étions enfants… Leur vie n’était pas en péril mais la tienne l’est Joseph...
| Ven 13 Oct - 11:47

Joseph Skandalaki

Comme toujours, l'inspecteur se faisait bien recevoir sans trop de drame, même si il était très souvent froid a son égard elle était toujours très chaleureuse et aimable envers lui, que ce soit pour le remettre sur pied ou lui donner de la compagnie féminine. C'était une des seules personnes que Joseph vouait un entière confiance, c'était ce qui lui donnait un statut particulier. Il se coucha sur le lit lentement, haussant les épaules aux milles et une questions.

- Un abrutit mais pris par surprise avec sa lame ridicule, il se prenait pour un samourai ou un truc du genre ...

Dit il avec un léger sourire, l'avantage de connaitre la petite Cantagnot c'est qu'il pouvait compter sur elle pour éviter d'aller a l'urgence ou il devrait répondre a beaucoup trop de question quant a ses agissement en dehors du badge de la justice. '' Au moins j'ai pu faire avancer quelques affaires ... ''

Tant mieux pour lui s'il n'était pas invincible peut être que quelqu'un aura le courage et la compétence de lui clouer le dernier clou après tout, il tourna les yeux vers la sa compagne nocturne, la remerciant simplement d'un petit sourire.
| Dim 15 Oct - 21:05

Primerose Contagnot

Ayant pris connaissance de sa blessure, je me suis retirée simplement en lui demandant de compresser la plaie. Il fallait que j’aille chercher le matériel nécessaire pour le soigner. Ayant donc fait un détour dans une pièce de ma demeure, je reviens les bras chargée de paquets en tout genre, refaisant un nouvel aller-retour pour aller prendre une bassine d’eau tiède. Sur le chemin, ma voix se faisait entendre.

-Samouraï ou pas, un fou reste un fou et un danger reste un danger. Je te pensais plus méfiant que ça pour te faire blesser aussi facilement. C’est à se demander ce que tu ferais sans moi.

Une fois de retour à son chevet, je me pose sur le bord du lit, lui ôtant une nouvelle fois la main de la plaie ouverte. Heureusement, ce n’était pas la plus grave des blessures qu’il a déjà eu. Ca lui fera simplement une nouvelle cicatrice qui viendra rendre son corps encore plus bosselé. Je commence alors à me nettoyer les mains dans la partie droite de la bassine, séparée de la gauche, me les désinfectant au mieux pour finir par les frotter avec un produit antiseptique.

-Préparez-vous à souffrir entre mes mains, Monsieur Skandalaki.

Lui dis-je avec un mince sourire, maintenant que je suis rassurée de la non gravité de sa blessure. Je pris donc un linge que j’ai humidifié pour le passer sur le contour de sa blessure, étant encore douce pour l’heure. Le linge était chaud, laissant des gouttes d’eau filer à chaque pression de part et d’autre de son corps.

-Tu devrais penser à prendre un peu de repos avec toutes tes affaires. J’aimerai bien que l’on passe un peu plus de temps ensemble. Je pourrais moi même prendre des jours de repos, je dois en prendre depuis des lustres. Regarde un peu ma grande maison vide… Elle serait un peu plus gaie avec toi et… Ca me comblerait de joie.

Je posais par la suite le linge dans la bassine, prenant une petite pince dans un sachet sous vide pour venir retirer les morceaux de textiles qui sont restés collés à sa plaie. La première étape est au moins terminée, c’est assez propre même si j’ai encore du pain sur la planche.
| Lun 16 Oct - 6:00

Joseph Skandalaki

Le temps qu'elle revienne avec tout ce qu'il lui fallait Joseph ferma les yeux essayant de ne pas trop penser a la sensation de douleurs qu'il avait, se rappelant de chaque moment de cette soirée pour se souvenirs des quelques visages qui avaient su s'en tirer avant qu'il ne les pinces, heureusement son visages avait rester couvert mais un jour il, la pègre, fera le liens en l'enquêteur et les irruptions inopiné d'un homme cagoulé. Il ouvrit les yeux pour regarder Primerose revenir avec le tout et s'attabler a la tache.

- La souffrance ça me connait ...

Dit il en semi-blague pour détendre l'atmosphère, il sentait la pression de la compresse, ce ne devait pas être grave, il s'en doutait bien mais la façon de faire de sa complice le rassurait, avec le temps il avait appris a se rafistoler seul mais c'était toujours plus difficile, depuis sa rencontre avec elle, elle lui avait probablement sauver beaucoup de misère et de sang. Puis, vint la partie la plus difficile selon Joseph, l'aspect relationnelle, c'était très flou entre les deux, il savait qu'elle en pinçait pour lui, de son côté il n'avait jamais été très précis. C'était bien injuste de sa part...

- Prendre du repos ? Je n'ai jamais été autant avancé dans mon enquête sur la main noir de Mayaku... de plus si on me voit trop souvent ici mes ennemis pourraient en profiter pour s'en prendre a toi ...

Il laissa en suspension l'atmosphère et d'un mouvement mécanique se redressa un peu sur le lit afin d'avoir la tête a la même hauteur.

- Qui pansera mes blessures si il devait t'arriver quelques choses, je prend des grands risque en sortant de ma juridiction pour cette enquête. Tu sais a l'Hopital hier j'ai eu des noms bien important, la semaine prochaine je vais pouvoir infiltrer dans le domaine d'une famille qui baigne les deux mains dans le crime organisé .... Reiji.